Le great wyrm en fin de soirée, c’est lourd

Donjon & Dragon à 40 ans! C’est un peu arbitraire comme date d’anniversaire, mais c’est comme les gamins qui s’en inventent tout au long de l’année, donc ça fait plaisir! 40 ans de publications plus ou moins heureuses, dans notre petit monde rôlisto-rôliste, c’est un beau chiffre. Inévitablement, cela fait remonter pleins de souvenirs de parties bruyantes, enfumées et saturées de cochoncetées éparpillées avec une insolente négligence sur mes précieuses cartes « fait-main », D&D, ou plutôt AD&D 2nde édition à l’époque de mes débuts, c’est également des souvenirs de jets de dés, pas forcément sur la table d’ailleurs, ce sont les vieilles feuilles de personnages format parchemin, trouvées au Temple du jeu à Bordeaux, mais surtout, ce sont les univers hyper-originaux (un sorcier maléfique règne sur un royaume depuis un volcan et veut dominer le monde), remplissant des cahiers, qui auraient en effet mieux servi en cours d’Histoire/ Géo. Oui car au tout début de mon aventure rôlistique, il n’y avait pas d’univers traduit pour AD&D, et il faudrait attendre quelques années pour que les Royaumes oubliés (Forgottène Rilm en gascon) n’arrivent en faisant verser moult larmichettes à nous autres, jeunes bourrins en manque de slip en fourrure.

40 ans de créations dans des univers imaginaires, par je ne sais combien d’auteurs, et avec des illustrateurs ouvrant des portes toujours plus nombreuses vers ces ailleurs fantastiques, parfois sombres, souvent emprunts d’épique et de quêtes totalement hasardeuses… Pour ma part, je baigne dedans depuis vingt six ans et même si la vie veut que je ne puisse plus jouer autant, je pense que je vais continuer à embarquer quelques braves avec moi, dans des aventures à-peu-près-héroïques, dans les anciens univers de jeu de Donjon & Dragon. Je pense à Spelljammer, à Planescape, Al’Quadim ou Darksun, de formidables créations, portées par de fortes thématiques, des univers visuels uniques et des possibilités de jeu dépaysantes et sans limite.

Publicités

3 commentaires sur « Le great wyrm en fin de soirée, c’est lourd »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s