Shadow of the Spider moon!

Tiré des pages du vénérable Polyhedron #151, Shadow of the spider moon se voulait être une tentative d’adaptation du magnifique univers de Spelljammer en forme 3.5.Ecrit par Andy Collins, superbement illustré par Scott Schomburg, l’essai était autant un corpus de règles qu’un cadre de campagne, avec planètes, races donjonesques et tout le toutim. Certains dans la communauté Spelljammer estiment que ce fut un échec de transposition, car l’ambiance se voulait plus Swashbuckling que Spelljammer old school orthodoxe. Pour ma part, encore maintenant, je reste émerveillé par la qualité de ce supplément, principalement par les illustrations, vraiment somptueuses, mais également par l’introduction de bonnes petites idées dans le fonds. Bon c’est sûr, le texte n’est pas folichon, et la description des planètes reste très classique, mais les races jouables, les règles de bataille spatialSoSM Elf wizard

Le supplément se divise en cinq grands chapitres, par nécessité, tout est survolé rapidement mais permet de mettre rapidement en place une campagne originale et dépaysante. Premier point que l’on retrouve souvent dans Spelljammer; Chaque monde est occupé par une espèce; les Humains vivent sur un monde aquatique, les Elfes sur un monde forestier, Nains et Gnomes vivent dans des ceintures d’astéroïdes, harcelés par les Illithid. Malgré les limites de ce genre de disposition, il y a du potentiel!

Le gros point fort du premier chapitre, c’est clairement les classes de prestige! Scavenger master, Planetary explorer ou Spelljammer ace, voilà de quoi instiller un peu d’exotisme autour d’une tablée Spelljammer. L’aspect Swashbuckling est porté par la classe du Corsaire stellaire, qui risque de former le gros des effectifs de pj, tant qu’un bon vaisseau est offert en bonus (Oui, c’est le rôle principal du meujeu; satisfaire les besoins en vaisseau de ses méritants joueurs…). Vient ensuite la floppée habituelle de dons, incluant ici des dons pour le spelljamming, ce qui est bien, mais déjà fait ailleurs, y compris par votre humble, oui humble, serviteur.SoSM Stellar Corsar

Le chapitre deux s’attache à décrire la mécanique de jeu propre à Spelljammer en version 3.5, c’est utile et plutôt bien fait. Pour les maîtres de donjon habitués à ce setting, rien de nouveau dans le fonctionnement du bidule, hormis une saveur un poil steampunk (sans en être).

Le chapitre trois décrit le matos, des flingues à poudre principalement, ainsi que quelques objets magiques. Rien de bien original donc. Idem pour le chapitre quatre, qui décrit les sept planètes du cadre de jeu. Ce n’est pas réellement une déception, car c’est correctement écrit, mais chaque planète n’a qu’un seul type de terrain, ce qui rend la chose peu attrayante, et nécessite malheureusement un gros travail de refonte pour attirer le peujeu exigeant. On est loin d’un Astromundi cluster, mais le supplément ici ne fait que 50 pages.

Le dernier chapitre s’attache à décrire les ennemis… Hamster géant, Dowhar… Mais non! Illithid, elfes noirs (ici un peu violacés… mais elfe mauve… bof), Yuan-Ti, Sahuagin… Oui, c’est idéal pour ressortir ses coûteux bestiaires!

SoSM Enemies

Donc voilà! Shadow of the Spider moon, un magnifique supplément à découvrir, ICI par exemple. Il n’a pas été traduit, mais pour les anglophiles, c’est un excellent décors prêt-à-jouer pour des initiations à Spelljammer mode d20.

Publicités

2 commentaires sur « Shadow of the Spider moon! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s