Hier soir j’ai joué à… #2

Afficher l'image d'origine

… Serenity, le jeu de rôles inspiré de l’excellente série télé Firefly de Joss Whedon! C’était pour moi la découverte de ce très bon jeu de sf mâiné de far west, avec un système simple et efficace, permettant à de vieux et vieilles briscard(e)s du dé de se lancer dans une customisation effrenée pour former un équipage aventureux et en marge de la loi. Inévitablement, toutes les répliques de Mal ont été sorties durant la soirée, et bien que je voulais une ambiance un peu tendue, avec course contre la montre et menace omniprésente de l’Alliance, nus avons eu plutôt une atmosphère… euh… détendue. Petite aventure sans prétention, qui a donnée envie à tout le monde d’explorer encore cet univers.

Afficher l'image d'origine

Je vous présente donc l’équipage fringant du Sweet Molly, un courrier rapide de classe Arrowhead, « gagné » lors d’un paris sur Xanadu par la Capitaine Suzan « Sue » Wellington, incarnée par Viviane, une résistante discrète à l’ordre imposé par l’Alliance, qui préfère se servir de sa tête plutôt que de ses poings, mais qui dégaine ses deux six-coups lorsqu’il le faut. Sa pilote, Pretty Ma, est une ancienne colon de la Bordure qui vit sa famille et les siens massacrés par les reavers, à qui elle voue désormais une haine sans nom, elle est incarnée par Mathilde. Le Sweet Molly partirait en morceaux sans la mécano du bord, la douce et discrète Emilia Singh, incarnée par Anne-Marie et cachant un mystérieux secret. Le traitement des cas épineux est pris en charge par le second du vaisseau, un ancien marine nommé Jack « Toaster » Smith, incarné par Paul.

Nous voici donc cinq siècles après maintenant, dans le système de Periclès, où nos héros qui n’en sont pas encore vraiment sont pourchassés par une frégate de l’Alliance, après que leur tentative de détournement d’une cargaison normalement facile d’accès se soit avérée être une commande spéciale du gouverneur local. Emilia tente de réparer les moteurs tandis que Toaster et Sue lancent des leurres pour éviter les torpilles de leur poursuivant.

Comme ça, nous pouvons rapidement éprouver le système de jeu et voir que en tant que héros, ils restent favorisés… Sauf que… Les moteurs ne sont pas réparés, le support vital dit adios lui aussi, et Pretty Ma est grièvement blessée par l’explosion de sa console de pilotage. Welcome dans l’univers impitoyable de Patate des ténèbres (mouahahah)!

Afficher l'image d'origine

Tout ce petit monde doit donc faire un détour sur une lune aride dans l’ombre de laquelle l’équipage du Sweet Molly parvient enfin à faire quelque chose d’efficace –  survivre à l’intro du scénar – Les dégâts sont trop importants et il faut mettre rapidement le vaisseau en radoube. Le seul monde pouvant les accueillir actuellement est celui de Krönkritt, une petite colonie minière de la Bordure, loin de tout et peu connue pour son hospitalité.

Le trajet se fera aux limites du vaisseau et l’équipage se heurtera en arrivant en vue de la petite planète à un inquiétant silence. Pretty Ma prendra l’initiative d’entamer la descente dans l’atmosphère ténue, et ils découvriront des forêts de résineux ainsi qu’un grand lac sur la rive duquel se dressent de nombreux modules coloniaux, regroupés en une ville de moyenne importance, avec un spatioport et même un port de pêche. Le problème étant que pas un seul habitant n’est visible. Toaster proposera de débarquer en mode commando, tout le monde sera d’accord, et la fine équipe commendera son exploration des lieux. Afficher l'image d'origine

Krönkritt se révèlera finalement être une colonie morte, victime d’une expérience scientifique qui aura transformée les habitants en reavers (Miranda, me voilà!). Bien que cela n’émeuve personne, et que les pjs se contenteront de piller les ressources disponibles, les colons danois transformés reviendront de leur maraude dans la forêt, dès la tombée de la nuit, comme une belle bande de zombis affamés!

Parvenant difficilement à se regrouper, les pjs devront lutter pour leur survie en cherchant à comprendre où se trouve les vaisseaux de leurs assaillants. Ils finiront par découvrir ce qui subsiste du centre de communication, avec un enregistrement d’un signal de l’Alliance, à l’autre bout du système. Imaginant le complot, ils décideront d’aller voir, avec le Sweet Molly réparé grâce à trois bouts de scotch (Mc Gyver style).

Ils se feront attaquer à mi-chemin par une petite navette utilisant un laser léger qui heureusement n’endommagera pas plus leur vaisseau, et Toaster se décidera à faire une sortie dans l’espace pour aborder à la sauvage leur assaillant. Il s’agira d’un scientifique nommé Bromhell, membre de l’équipe Garfield, chargée de… Ils n’en sauront pas plus, car il se mettra à baver, mordre sa langue, et commencer sa transformation en reaver. C’est Emilia qui lui mettra une balle dans la tête, lui épargnant une zombification totale et reçevant un merci en récompense.

Sue piratera les données de la navette et ordonnera de suivre sa trajectoire pour élucider toute cette affaire. Les pjs parviennent finalement à découvrir le laboratoire de l’équipe Garfield, en ruines au fond d’une faille, sur une lune de la planète extérieure du système. Equipés de scaphandres et des fusils d’assaut empruntés aux marines de l’Alliance, ils explorent les lieux, pour découvrir une reproduction de l’expérience Miranda, à plus petite échelle, mais ayant donnée les mêmes résultats: Pleins de reavers ayant remplacés les gentils colons danois. Il semblerait par contre qu’une sorte de vaccin ait été trouvé, et produit automatiquement, tandis que les reavers mangeaient les scientifiques. Sue estimera qu’inoculer ce vaccin aux reavers actuels serait une tâche difficile mais nécessaire. Les autres rechigneront mais finiront par accepter de retourner sur Krönkritt se faire une partie grandeur nature de Doom.

Je vous passe les détails, l’équipage se sera parfaitement comporté, en essayant cette fois-ci de ne tuer personne mais plutôt en trouvant des ruses pour isoler et capturer les reavers maraudant dans la colonie. Le vaccin se révèlera par contre inefficace après tant de temps, sauf pour une petite douzaine de jeunes gens qui resteront traumatisés, mais retrouveront un semblant de raison. Sue et les autres décideront de les transporter dans la station météo qu’ils auront découvert au pôle nord, et sacrifieront une partie de leurs vivres pour donner une chance à ces colons.

Leur vaisseau à peu près réparé, quelques blessures en plus, nos héros repartiront chercher l’aventure et les embrouilles sur les mondes de la Bordure!

Afficher l'image d'origine

Publicités

7 commentaires sur « Hier soir j’ai joué à… #2 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s