ze science dude who kill ze sun!

Afficher l'image d'origine

Dans l’univers impitoyable des 4x, et maintenant que le grand prédateur Kickstarter rôde, la gueule pleine de figurines ameritrash, se faire sa place est un poil compliqué. Galactic emperor, édité en 2008, avait pourtant évité cette difficile période, mais il fut visiblement comparé à un Twilight imperium light, et j’ai bien l’impression que ce fut sa perte. Evidemment qu’en deux petites heures, il est impossible de restituer la saveur du meilleur jeu de l’univers! Beaucoup achetèrent Galactic emperor, puis s’en séprarèrent dans la foulée. De nombreuses comparaisons avec Puerto rico ou même Yspahan furent faites, le jeu de Adam West se trouve maintenant à petit prix et offre au final et à mon goût, une expérience bien sympathique, apportant sa pierre à l’édifice qu’est le 4x (oui, drôle de métaphore…).

Bon, alors dans Galactic emperor, nous incarnons des peuples n’ayant pas grand chose au départ, mais étant tous au même point. Le principal moteur du jeu est un ensemble de rôles qui seront joués par tous durant le tour, celui ou celle sélectionnant la carte du-dit rôle ayant un petit bonus d’action.

Ce qui est intéressant, c’est que certains rôles vont changer en cours de partie. L’Explorer par exemple, une fois que toutes les tuiles de systèmes ont été révélées, devient un second Warlord – Oui, le jeu peut être bourrinos, mais c’est coûteux – Le rôle Scientist disparaît quand le soleil se transforme en trou noir, ce qui en effet est gênant! C’est à prendre en compte dans sa façon de scorer, car l’on peut accélérer ainsi la fin du jeu.

Il y a trois types de ressources – Nourriture/ Métal/ Energie – Et il faudra composer avec des mondes producteurs de la première pour collecter les deux autres, forçant les plus paranoïaques (et il y en a!) à se faire des ceintures de mondes lourdement gardés. La production de vaisseaux est primordial, quoique particulièrement coûteuse, et incite très rapidement à la classique course à l’armement propre à tous les jeux de la catégorie. On lance quelques d6, les combats sont souvent meurtriers et ne profitent finalement pas si souvent que ça au vainqueur, au vue du sacrifice des ressources investies. Mais Galactic emperor est néanmoins à plutôt rapprocher d’un Exodus proxima centauri, plutôt que d’un Twilight imperium. Le rôle du Merchant permet de troquer les ressources entre elles et collecter ce qui nous manque par un principe de conversion Nourriture/ Métal/ Energie, c’est simple et ça fait clairement « à l’allemande », dans un jeu améritrash, c’est amusant.

J’ai bien aimé ce jeu, même si la tronche des vaisseaux (ceux de base d’Eclipse) me fait pleurer une rivière, comme dirait mon poète favoris, Justin T. De nos jours, sa mécanique et son packaging commencent un peu à dater, mais il est assez agréable, à mi-chemin entre Exodus, plus agressif, et Eclipse, plus gestion de ressources. Oui, en ne regardant que le plumage, l’on peut éventuellement comprendre la confusion qu’il y a eu à sa sortie, mais malgré le fait qu’on ne peut que difficilement le comparer au géant Twilight imperium, eh bien ma foi, ce Galactic emperor se laisse pratiquer sans problème, pour qui veut conquérir l’univers en deux petites heures!

Publicités

5 commentaires sur « ze science dude who kill ze sun! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s