Through the Ages (Flou vi a’gees)!

Afficher l'image d'origine

Cela fait maintenant quelques années que j’expérimente pleins de systèmes et de concepts de jeux de société, souvent en me basant sur des noms de créateurs et créatrices dont j’apprécie les idées, parfois par rapport au thème, ou (souvent), parce qu’il y a des figurines dans la boîboîte… Oui, la chair est faible, le geek encore plus. Ici nous avons un énorme jeu, égal dans sa durée et sa richesse aux vieux monster games des eighties, mais rien qu’avec des cartes!

Through the Ages est un jeu de civilisation, sans aucune figurine et avec pratiquement aucune part d’aléatoire. A ne pas mettre entre les petites mimines des ludovores novices dans le loisir, je commence juste à lancer des sorties pour ce jeu qui se révèle exigeant. Une petite erreur de gestion des ressources à l’âge antique, et voilà les répercussions qui tombent deux tours plus tard.

Afficher l'image d'origine

Bon, les trois pelés et un tondu qui suivent ce blog le savent, j’aime bien les 4x, les gros jeux, et aussi les figurines. Je peux résumer cette phrase en deux mots: Twilight imperium, qui est de loin mon jeu fétiche, celui que j’emmène avec moi partout, pour faire des parties sur un bout de banc au parc bordelais… Mais si! Là avec Through the Ages, j’ai découvert un autre gros jeu, particulièrement riche dans ses possibilités d’actions, avec une rejouabilité clairement très importante. Il ne rivalisera jamais avec Twilight imperium bien entendu, son niveau d’interaction n’étant finalement pas très important, mais sa richesse le place en quatrième position de mes coups de coeur éternels (TI, Java et Cyclades).

C’est un jeu de Vlaada Chvàtil, Môssieur Codename, Dungeon petz, Sapce alert – Oui, le bonhomme à un bon cv – qui encore ici me surprend avec un beau bébé! Through the Ages en est à sa seconde mouture et bien qu’il soit plutôt intimidant, sa mécanique reste excessivement simple, et après un tour de jeu, le ludovore moyen aura pigé comment tout fonctionne. Trop facile? En fait oui et non. Facile dans sa prise en main, c’est certain, mais il faut ensuite bâtir une civilisation, sur plusieurs âges, en choisissant des cartes qui vont permettre un développement à peu près harmonieux. Voilà où les choses se compliquent. Les choix sont logiques mais leur nombre entraîne de profondes réflexions, d’autant plus que les autres joueurs et joueuses vont eux aussi rechercher certaines cartes (les vôtres, évidemment!).

Le but du jeu est de marquer des points de culture, mais il faut plannifier pour cela des cartes qui vont nous permettre de scorer sur nos points forts. Les revers de fortune peuvent survenir à tout moment, à cause d’événements eux aussi planifiés durant la partie, par vous mais aussi par les autres. Les ressources ne sont pas en quantités ilimités et les coups fourrés peuvent arriver à tout moment. Pas évident dans ces conditions de favoriser les arts et la démocratie! Car oui, c’est un jeu de civilisation, et donc ne serait-ce que pour adopter une posture défensive efficace, il faut investir des ressources dans l’aspect militaire. Entre les raids, les aggressions et les guerres, impossible de rester neutre ou en paix. Mais Through the Ages n’est pas non plus un wargame (déjà que zéro figurines!), et quelques cubes de population transformés en artillerie ou en chars d’assaut devraient suffire à tenir les belliqueux à distance.

Comme précisé plus haut, voilà un jeu exigeant, à réserver à des ludovores velus, et qui n’ont pas peur de passer six heures ou plus sur une même partie. Comme à Twilight imperium, finalement gagner devient secondaire, quand nous nous sommes battus pour développer une civilisation. On en parle longtemps après, on pense aux prochains enchaînements de cartes, de technologies et de leaders. Comme dans un jeu de rôles, on a vécu une belle expérience, on a écrit ensemble une histoire. Pour moi c’est vraiment ça la quintessence d’un bon jeu.

Publicités

5 commentaires sur « Through the Ages (Flou vi a’gees)! »

  1. J’ai vu une mise en place sur une table voisine de celle qui supportait notre age of conan… ils étaient encore là quand nous avons fini de tout ranger… Drôles de gens!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s