Hier soir [Avant-hier] j’ai joué à… #7

Afficher l'image d'origine

… Cthulhutech! Un jeu qui malgré son aspect globibouleguesque me plaît toujours autant. Peut-être qu’en tant qu’investigateur au bord de la folie durant plusieurs années, l’idée de pouvoir charcuter du monstre du Mythe à coup de railgun a quelque chose de cathartique… Enfin bref! Je retrouve quelques vieux de la vieille à l’occasion d’une petite aventure, a priori un peu plus paisible que les précédentes.

Hélène incarne Samia, une tager Phantasm toujours à la tête d’une équipe au service plus ou moins forcé de la Société hermétique, en charge des affaires demandant autant du muscle que de la cervelle. Eric incarne Horowitz, un tager Impulse n’ayant qu’une confiance réduite à l’égard de ses maîtres et disposant désormais de son propre réseau de sanctuaires, accessibles uniquement par son pouvoir de téléporteur. Bastien incarne Bane, un tager Vampire, brute proclamée du groupe, c’est également un excellent éclaireur, ayant des connaissances intimes sur les cultes secrets influençant les faibles âmes humaines.

*****

Les Premiers ont commandé une assemblée de leurs serviteurs, et les pjs se doivent donc d’y assister. De  grandes révélations doivent y être annoncées, et l’on parle même de la fondation d’un nouveau sanctuaire, au-delà du territoire du NEG. Les pjs pourront surtout constater qu’après les récents événements auxquels ils auront prit part, les rangs des guerriers sacrés de la Société hermétique sont pour le moins clairsemés, et que malgré le mécontentement toujours bien perceptibles de leurs maîtres à leur encontre, ces derniers n’auront pas d’autre choix que de les désigner pour enquêter sur les cristaux nimiri, des objets mentionnés plusieurs fois ces derniers jours, aussi bien dans l’underground que par des entités avec lesquelles communiques les sorciers Ta’ge. Nul n’a jamais vu ces cristaux, mais ils seraient des objets de pouvoir pouvant éventuellement renforcer la puissance des taggers. La seule information à peu près sûre à leur sujet serait détenue par un courrier nommé Mizato Perkins, devant justement faire une halte à Boston dans les prochains jours.

Les pjs devront donc approcher cet individu, un freelance offrant sa discrétion à toute sorte de sectes et de cultes, lui soutirer (en douceur) des informations sur les cristaux nimiri, et bien entendu, tout cela dans la plus grande discrétion. Douceur, discrétion… Oui, un quart d’heure après avoir reçu et accepter leur mission, les pjs font évidemment exploser l’étage de l’hôtel où se trouve le courrier. Pourtant, la tentative d’approche était digne d’un plan à la Oceans eleven, avec déguisements et tout ça… Mais non, tout cela sera resté un plan théorique qui en quelques secondes, s’éloignera de la réalité, qui consistera à se transformer en taggers, à massacrer quelques mafioso présents dans le coin, à tout détruire, mais malgré tout à trouver l’information indiquant Cardiff comme lieu probable où se trouve un cristal.

Afficher l'image d'origineSamia dispose d’un contact parmi le 15° régiment MECHAnisé basé à Torensen station, la seule unité du NEG assez proche de la côte écossaise pour permettre une exfiltration rapide sans avoir à crapahuter à travers le nord de la Grande-bretagne à pieds. Mais avant de partir ce faire une mission à la cyberpunk, les pjs décideront de mener leur enquête sur les mysérieux cristaux nimiri, dont ils retrouveront des traces dans un manuscrit originaire du Japon féodal, et dont ils relieront les informations à l’actuel Ordre de Dagon. Leur investigation attirera cependant l’attention de Cynthia Moreslaw, une archiviste de l’infothèque publique de Boston, charmante, mais également une adepte de l’Ordre. Remarquant les interrogations (pas top les jets) en ligne des pjs, elle donnera l’alerte et activera une cellule dormante de profonds, les Derniers nés. Tandis que Samia remontera la chaîne hiérarchique pour trouver son contact au sein des paratroopers du 15° régiment, Horowitz accomplira un difficile rituel arcanotech afin de s’harmoniser pour téléporter la fine équipe sur une grande distance. Bane pour sa part, notera la filature des Derniers nés, et… Les piègera pour les étriper… Finesse, quand tu nous inspires… Son contrôle sur son tagger étant déjà amoindri depuis la dernière aventure, quelques coups de poignard vicieux achèveront de lui faire perdre tout contrôle, et ses compagnons ne tarderont pas à entendre parler d’une créature errante, massacrant quiconque se dressant sur son passage dans les rues enneigées de Boston. Il faudra réclamer toute l’aide logistique de la Société hermétique afin de neutraliser le tagger, qui sera déjà accroché par deux Anges du bataillon Liberté. Evidemment, les pjs auront droit aux gros yeux de la part des Premiers, et apprendront ensuite que peut-être, encore une fois, ces derniers vont incessamment sous peu réviser leur jugement à leur sujet.

Afficher l'image d'origineL’enquête sur les cristaux nimiri permettra d’identifier ces derniers comme étant apparemment un présent des mi-go à l’Ordre de Dagon, afin de préparer l’avénement des soixante-huit gardiens de Ry’leh, la première étape d’un réveil total de Cthulhu. Les pjs comprendront qu’il s’agit de reliques arcanotech qui pourraient intéresser la Société hermétique, mais également les sorciers du NEG, et à peu prés tout ce qui sait lancer un sort. Ils identifieront Cardiff comme un point d’accés vers un temple sous-marin de l’Ordre, où pourrait se trouver au moins un cristal… La question d’un mode amphibien des taggers sera posée au-dessus de l’Atlantique… Oui, un peu tard. Normal.

Le Sergent Ilan Koniecski sera une vieille connaissance de Samia, et il sera donc en poste à Torensen station, un poste avancé à partir duquel les pjs pourront « emprunter » un VTOL à mode furtif et espérer un renfort MECHA à leur retour. Le Sergent les préviendra cependant que l’Ordre de Dagon n’est pas la seule menace dans le nord de la Grande-bretagne, et qu’il est possible qu’ils se retrouvent seuls une fois leur mission achevée.

Cardiff est en ruines depuis plusieurs décennies, et les pjs constateront que les traces de violents combats opposant Anges et armures des mi-go ont anéanties des dizaines de blocs, réduisant ses derniers à l’état de gravats radioactifs. Le Caporal Esteban Perez, qui les accompagnera en ville pour y récupérer quelques équipements technologiques, leur montrera comment employer des scaphandres amphibies, et fournira de beaux railguns, suffisants pour percer les armures des profonds. Il leur souhaitera bonne chance et les larguera depuis le VTOL, au-dessus de la position probable du temple.

Afficher l'image d'origine

L’Ordre de Dagon dispose d’une vingtaine d’armures de combat autour du temple de Kanu’on, une centaine de profonds se regroupent régulièrement en ce lieu, mais les pjs auront suffisamment étudié les mouvements de chaque groupe pour trouver une fenêtre durant laquelle s’infiltrer jusqu’au coeur du sanctuaire, s’emparer du cristal nimiri et ressortir sans être vu. Un plan bien huilé, devant se dérouler sans accroc, sera même mis en place… Mais évidemment rien ne se passera comme prévu – Normal – et les pjs vont improviser quelque chose d’un peu moins fin, d’un peu plus bourrin, à base d’étripages de profonds, de tirs de railgun sous l’eau et même d’une explosion qui emportera la plupart des armures ennemies, mais également les derniers bans de thons rouges. Bande de salauds! C’est durant la fuite un brin chaotique que le tagger de Bane prendra brièvement possession de son porteur, devenant une sorte de Hulk, mais avec des griffes, et ses compagnons auront toutes les peines du monde à l’évacuer dans cet état, talonné de prés par quelques profonds légèrement furieux. Cardiff en hiver et en pleine tempête de neige, voilà qui ne sera pas pour les aider à se replier vers le seul héliport encore en état, d’autant plus que leurs réserves d’orgone seront à plat, et qu’ils feront les derniers kilomètres sous forme humaine et en bavant un peu.

Les derniers paratroopers du 15° régiment MECHAnisé seront heureusement au rendez-vous et emporteront les pjs au-dessus des Hébrides, où se trouve un poste avancé du NEG, et accessoirement quelques servants de la Société hermétique, qui les soigneront en les faisant évacuer vers l’Amérique du Nord, tandis que des flux d’infos ne cesseront de transmettre en continue une recrudescence d’activité sous-marine sur les côtes de l’Atlantique, des attaques sanglantes sur de petits villages de pêcheurs, et des razzias sur des villes de moyennes importances. L’Ordre de Dagon n’est visiblement pas beau perdant et se prépare à frapper fort la Société hermétique…

Publicités

4 commentaires sur « Hier soir [Avant-hier] j’ai joué à… #7 »

  1. Combiner horreur et futuriste, dans ce genre, je préfère largement Eclipse phase. Cthulhutech me semble toujours assez indigeste, avec des pans entiers devant être oubliés si l’on veut faire quelque chose d’un peu « sérieux ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s