Nomads, pour Jovian chronicles

capture-du-2017-02-17-123638

Je prépare une session de découverte du jeu de rôles, avec pour thème la série the Expanse, produite par la chaîne SyFy à partir des oeuvres de James SA Corey. J’en ai donc profité pour me replonger dans l’excellentissime univers de la maison d’édition Dream pod 9; Jovian chronicles, et en particulier le supplément concernant la Ceinture principale, sise entre Mars et Jupiter, et formant une frontière dans de nombreux récits science-fictionnesques. La Ceinture, the Belt, est un endroit un peu rude (et plein de vide), où apparaissent invariablement des sociétés claniques, opprimées par les puissants. Dans Jovian chronicles, c’est un peu différent de the Expanse. Les belters forment en effet des clans, mais ont déjà une forme de représentation dans l’équivalent des Nations-unies interplanétaires. Ceux qui contrôlent Cérès par exemple sont suffisamment prospèrent pour imposer leurs idées et leurs marchandises, et la colonisation étant dans ce setting bien plus poussée que dans the Expanse, des alliances avec la Banque vénusienne ou la Confédération jovienne permettent d’en faire une force politique émergente.

capture-du-2017-02-17-123722

Comme tous les autres suppléments de la gamme, Nomads s’attache à décrire la société des belters, les traditions propres à ces humains adaptés à des conditions extrêmes, les coutumes nées des anciennes cultures terriennes, la division des clans et des familles, la technologie, mais surtout les interactions avec les autres forces du système solaire. La Ceinture principale est en effet coincée entre les mondes intérieurs – et surtout le CEGA – et la Confédération jovienne, le marteau et l’enclume donc. Bien plus que dans le supplément sur Mars, qui est une sorte d’Irlande poussiéreuse, scindée en deux Etats querelleurs et finalement un acteur mineur à l’échelle du système solaire, c’est avec ces clans nomades que l’on découvre un possible contre-pouvoir, une force en devenir, ou tout simplement le prochain champ de bataille des super-puissances.

capture-du-2017-02-17-123958

Un chapitre est consacré aux techniques et technologies employées dans la Ceinture principale, comme souvent, il s’agit de débrouille et de matériaux de récupération. Les belters sont décrits comme des as du système D et cela n’aura pas échappé à mes joueurs durant nos sessions de Jovian chronicles, qui se doutaient bien qu’ils trouveraient là de quoi s’aménager un millenium falcon en échange de quelques caisses de rhum jovien! Mais les puissances du système solaire ne s’y trompent pas non plus, et nous trouvons donc les descriptifs de plusieurs ambassadeurs et autres honnêtes marchands servant de liaisons pour des organismes lointains. J’apprécie vraiment les pnjs de Jovian chronicles, ils n’ont que quelques lignes pour les décrire, mais cela permet de les intégrer facilement dans des intrigues pouvant facilement se complexifier. En fin de bouquin, on trouve des fiches de vaisseaux et d’équipements, essentiellement du matériel pour les prospecteurs désireux de se trouver un gros cailloux… Et ce n’est pas chose facile, car contrairement à la croyance populaire abreuvée de scènes de Star wars, une ceinture d’astéroïdes est en fait pleine de vide, s’étendant sur des dizaines de millions de kilomètres!

capture-du-2017-02-17-124257

L’univers de Jovian chronicles est à mes yeux l’un des meilleurs du genre, la conquête du système solaire est loin d’être achevée, l’équilibre des pouvoirs ne cesse de vaciller et en terme de jeu de rôles, il est possible de faire de l’épique avec de grandes batailles spatiales, comme de l’enquête avec les nombreux services secrets et les intrigues propres aux différentes planètes. Ce supplément, Nomads, permet d’ajouter un élément indispensable et particulièrement intéressant. On dit souvent que la Banque vénusienne est une sorte de wild card dans cet univers, mais pour moi, les belters sont les seuls à réellement pouvoir amener de grands changements, de par leur position dans le système et leur côté Ork!

Beltalowda!

Nomadssample

Publicités

4 commentaires sur « Nomads, pour Jovian chronicles »

  1. j’aime bien JC, aussi bien le jdr que le jeu de fig, il y a un côté manga qui reste des origines et qui rend le truc original. (mais je sais que toi, tu fais pas le côté manga, tu es un quasi-ricain!)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s