Comic’addiction #10

CA - Penny Dreadful: The Awakening #1 Signing | Convention Scene

Penny dreadful #01 « the Awakening » : Ah! Voilà une bonne idée, de chez Titan comics; Poursuivre l’aventure Penny dreadful initiée par John Logan sous la forme d’une série en trois saisons, se terminant un peu abruptement, il faut bien l’avouer. Bon alors, adapter des séries télé en comic book, ce n’est pas toujours très judicieux, mais ici, le résultat est correct, avec le personnage central d’Ethan Chandler reprenant le flambeau, sans Vanessa Ives. Direction l’Egypte pour ce premier numéro qui offre une bonne intrigue, parfaitement dans la lignée de ce que nous pouvions trouver dans la série, et avec Jesus Hervas aux illustrations, ce qui renforce le côté horrifique et pas trop ensoleillé de l’ensemble. Attention cependant, comme toujours dans ce format d’adaptation de la série vers le comic book, les nouveaux arrivants seront sûrement décontenancés par les intrigues personnelles des personnages, ainsi que par les références à tout un univers déjà bien développé. Pour ma part cela me va bien!

GrassKings-002-COVER-PRESS-A

Grass kings #02 : Numéro 2 de ce titre de Matt Kindt, qui je ne sais pas pourquoi, me fait toujours penser au Walking dead de Kirkman – les premiers numéros en tout cas – Pas grand chose de semblable cependant, sauf cette atmosphère nous indiquant subtilement que ça va péter et nous entraîner dans un truc bien intense. Bon, Grass Kings est une sorte de polar bien sombre, nous racontant l’histoire d’une femme découverte par les propriétaires un peu survivalistes d’une réserve naturelle bien verrouillée par les fameux Grass kings. Non, pas de mecs en slip sur ce titre, mais des personnages fouillés et pleins de secrets, avec surtout un travail sur les illustrations, par le sieur Tyler Jenkins, qui nous ici rêver avec de magnifiques aquarelles toutes choupinous – mais avec des mecs éventrés et des corps non-hollywoodiens – Bon scénario, bonnes illustrations, voilà un titre que je vais suivre avec attention!

Eclipse #06 : J’aime bien les titres de l’éditeur Top cow, ils me bercent – Oui, à coups de mecs en slip – depuis longtemps – et offrent un palliatif au raz-de-marée indigeste à base de Wolverine/ Batman des « grands ». Eclipse, c’est du post-apocalyptique à base de soleil que même un indice 300 ne peut bloquer (c’est pour dire). Le rayonnement solaire a tué la majorité des créatures vivantes sur Terre, et nous retrouvons quelques survivants. A New York. Oui, je sais. Mais le titre de Zack Kaplan est vraiment très bon, on s’attend presque à rencontrer Snake Plissken au détour d’un conduit d’égout! Ici, le héros est un ancien pompier nommé David Baxter, et nous le retrouvons donc après le petit incident du « Prêtre », à chercher un autre immunisé au rayonnement un peu fort du soleil. L’histoire se poursuit également autour de Solarity et des survivants de New York, bref, c’est de la bonne intrigue bien poisseuse qui va aboutir très sûrement à… pleins de bisous et de l’écran total pour tout le monde. Oui. J’en suis sûrs.

The End league Tome1 – Beaucoup de bruit pour rien :  Rick Remender aux manettes et Matt Broome aux crayons, je me disais que ce titre ne pouvait que me plaire… Oui mais non. Je n’avais que vaguement entendu parler du concept, transposer les figures iconiques de DC et Marvel dans un univers post-apocalyptique, mais je me suis vite rendu compte que the End league, loin de pasticher les grands héros et héroïnes des grandes maisons d’éditions, ne fait que repomper honteusement des enveloppes creuses, sans saveur ni consistance. Même la trame ressemble fortement au Old man Logan de Mark Millar, avec la manipulation du méchant pour pousser le gentil à commettre un truc pas glop du tout. Bon, attention toutefois, pour celui ou celle qui débute dans l’univers du comic book, l’histoire est bien ficelée et les clins d’oeil aux Superman, Joker et autres Lex Luthor sont suffisamment appuyés pour que l’on s’y sente en terrain connu. Mais pour l’amateur éclairé, c’est une énième variation du type Escadron des étoiles, combiné avec un peu d’Authority pour le côté grosbill. Bref, pas quelque chose de franchement original.

Publicités

6 commentaires sur « Comic’addiction #10 »

  1. j’avais lu the end league il y a quelques années, c’était « original » pour l’époque, mais c’est sûrs qu’aujourd’hui, c’est à peine moyen.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s