Les danseurs de la fin des temps

Coucou mes p’tites patates nihilistes! Ah oui je sais, Michael Moorcock, ce n’est pas un vrai écrivain, son style est nul, patati, patata. Il n’empêche que durant sa prolifique carrière, ma foi, l’auteur à su trouver de très belles accroches, et offrir de belles œuvres. Peut-être pas des classiques de la littérature fantastique, mais des créations marquantes et originales.

Pour ma part, en tant que meneur de jeu, j’ai relu plusieurs fois les différents romans de l’Hypercycle du Multivers, c’est à dire souvent la même trame d’un cycle à l’autre, et une écriture disons, très fluide à lire. L’ensemble est marqué par un aspect baroque, tourmenté jusqu’à la grandiloquence, avec des tragédies grecques à chaque page. Eh bien avec ce cycle, relié en version intégrale, des Danseurs de la fin des temps, tous les curseurs de l’hypercycle sont poussés à fonds. Et c’est très amusant, mais tout du long, j’ai eu l’impression de lire du Jack Vance plutôt que du Moorcock.

Dans ce cycle de trois romans et trois nouvelles, l’Humanité se réduit à une poignée de sybarites décadents, des millions d’années après nous, attendant la fin imminente de l’univers. Une énergie illimitée est mise à la disposition de leurs envies, et si certains tendent à se replier sur eux-mêmes en attendant la fin, d’autres se lancent dans des quêtes nihilistes. Et parmi eux se trouve Jherek Carnelian, encore une fois un anti-héros tourmenté, voyageant à travers le Temps, comme un Docteur Who sous acide, et ramenant à son époque Miss Amélia Underwood, femme ordinaire de l’ère victorienne, pour qui il éprouve de véritables sentiments, une notion depuis longtemps oubliée par les habitants de la fin des temps. Voilà pour le fond, qui en effet est bien léger.

Concernant la forme, il y a beaucoup trop de chapitres, des rebondissements absurdes, mais collant bien avec l’ensemble à la Vance. En clair, j’ai eu très vite l’impression que l’auteur brodait pour faire son quota de pages. Au final, même si ce n’est pas désagréable, la sensation d’avoir perdu mon temps c’est faite ressentir. Je suppose que ce cycle s’adresse en priorité aux fans hardcore de l’auteur, j’ai pour ma part préféré sa trilogie du Nomade du Temps, plus dynamique et concentrée autour de différents personnages atypiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :