Les Eyzies-de-Tayac!

https://i1.wp.com/www.communes.com/images/orig/aquitaine/dordogne/les-eyzies-de-tayac-sireuil_24620/les-eyzies-de-tayac-sireuil_228829.png

Il existe des lieux en ce monde, où une bonne vieille patate un peu dark voit son âme sombre et tourmentée s’exalter soudainement, a priori sans raison, mais en tout cas à chaque retour dans le dit-lieu. Les Eyzies de Tayac-Sireuil (Las Aisiás de Taiac e Siruèlh, en occitan), dans la vallée de l’Homme, en Dordogne – Oui, c’est aussi en Nouvelle-Aquitaine, comme tous les trucs cools – sont de ces lieux où je vais me ressourcer, plusieurs fois l’an maintenant, parce que j’y ressens une sorte de connexion avec mon Moi préhistorique, que ce n’est pas loin, et que j’y trouve une certaine quiétude.

Bon, les Eyzies, c’est un village de huit-cents habitants, une grande rue où sont regroupés la majorité des commerces, en bord de Vézère, dominé par de hautes falaises creusées de cavernes occupées depuis le paléolithique. Les Eyzies-de-Tayac, ce n’est pas bien grand, mais on ne fait pas dix pas sans tomber sur l’entrée d’un abri préhistorique, une grotte, ou plus bêtement, sur le musée national de la préhistoire. Voilà un lieu magnifique, retraçant avec une foultitude de silex et reconstitutions la vie de nos ancêtres (non, pas les gaulois, ceux juste avant). Je me souviens des lieux durant mon enfance, c’était… Un peu plus old school! Là maintenant, c’est un bâtiment moderne, avec des salles agencées de manière logique et aérée. J’aime bien retourner y flâner, mais pour moi les Eyzies, ce sont les sites paléolithiques, disséminés idéalement aux alentours pour faire de petites randonnées!

La grotte du Grand roc… Ouaip, ça en jette!

Mon lieu de prédilection; Les Laugeries haute et basse, à un petit kilomètre le long des falaises, où l’on trouve grotte et sites paléolithiques, ainsi qu’un petit restaurant, la Laugerie basse, où la cuisine est périgourdine, avec un service impeccable, d’un autre temps. Le lieu lui-même semble d’ailleurs être ancré dans une autre époque, et je ne peux que vous recommander d’aller le visiter, comme but d’une ballade matinale depuis le village.

Où que vous alliez, dans n’importe quelle direction depuis les Eyzies-de-Tayac, vous trouverez une grotte et des sites archéologiques à visiter! Tiens d’ailleurs, en restant dans le village, vous pourrez y découvrir l’église-forteresse du coin, une bâtisse que mon ancien perso, prêtre de Torm, aurait bien aimé avoir pied-à-terre! Et encore un endroit où aller, après une visite ouvrant l’appétit; Le Coup de silex! Juste en face du musée de la préhistoire, c’est de la cuisine locale, avec un service très sympathique, un lieu un peu moins coincé que les quelques autres resto alentours, plus destinés aux touristes.

Côté couchage… Eh bien pour moi qui aime bien les maisons d’hôtes, c’est un peu moyen, tourisme oblige. A la limite, la Grange du mas est très bien, propre et relativement bon marché, mais on s’éloigne du modèle « logé chez l’habitant » que je préfère. Cela étant, il y a tellement de choses à voir, à faire, que l’idée de dormir me semble totalement exotique, d’un autre âge! Ah oui, si vous voulez faire une petite rando, vous pouvez aller aux Grottes du Roc de Cazelle, qui furent occupées jusqu’en 1960! C’est maintenant un parc préhistorique, avec un super parcours sur les sites où vivaient une sacrée bande de mecs poilus!

Voilà, comme je vous l’ai précisé, le village et ses alentours regorgent de lieux passionnant, et nul besoin d’être féru de paléontologie, les traces laissées par nos lointains ancêtres ont de quoi impressionner quiconque! En tout cas c’est un coin où j’essaie de me rendre régulièrement, car malgré les années, je n’ai pas encore tout découvert!

Comic’addiction #9

The Few #1

The Few #01 : Image comics nous propose the Few un nouveau titre post-apocalyptique dont l’histoire est écrite par Sean Lewis, et le crayonnage par Hayden Sherman. C’est plutôt impressionnant, avec l’accent porté sur une poignée de personnages qui semblent tous borderline et prêts à sauter à la gorge du premier qui envoie du stress. Les émotions sont particulièrement bien rendues et surtout, l’ambiance se pose très vite, avec un contraste marquant entre les « héros » et leur environnement, une étendue blanche, hivernale, avec des arbres nus partout. Oui, l’hiver est arrivé, il n’y a pas de zombies à trucider, mais juste d’autres humains à côtoyer, dans ce qui semble être les vestiges des USA après une guerre d’envergure. Nous découvrons ce nouvel univers par de petits indices, cette série me semble vraiment prometteuse, je vais donc la suivre attentivement!

OCT160318 - ASTRO CITY #41 - Previews World

Astro city #41 : Et nous revoilà avec le bébé de Kurt Busiek, Astro city! Il s’agit ici d’une origin story, celle de l’Astro-naut, qui a donné son nom à la ville, bourgade que nous découvrons bien différente de ce à quoi nous étions habitué depuis 40 numéros. Le bonhomme est un mélange de pas mal d’icônes du cinéma, il m’a pour ma part fait immédiatement penser au Jetboy de Wild cards, anthologie pour laquelle je venais de terminer un article ICI-même. Comme toute immersion américaine dans les années 50-60, il y a une forme accentuée de nostalgie, et le duo Busiek/ Ross n’y coupe pas, idéalisant cette période de l’Astro-naut, nous offrant par-là même une perception différente et renouvelée de leur série, et de leur ville. Pour ceux et celles qui suivent le titre, voilà de quoi faire une pause avec les habituelles intrigues, tout en découvrant enfin un pan important de l’histoire qui fait d’Astro city un excellent titre!

First Look: Mother Panic #1 by Houser & Edwards (DC)

Mother panic #1 : Titre DC, auteure à succès, histoire se déroulant à Gotham city… Hum, a priori, ce n’était vraiment pas pour moi ce truc! Mais au vue des très bons retours, je me suis donc penché sur ce Mother panic, de Jody Houser, avec le très bon Tommy Lee Edwards aux crayons. Il s’agit-là d’une nouvelle justicière faisant régner la terreur dans les rues de Gotham, avec une extrême violence, et sans être une énième sidekick de Batman – Oui, voilà qui est rare! – Mother panic fait partie  de ces comic books un peu plus « matures », et bien que l’on parle toujours de gens costumés s’estimant au-dessus des lois, eh bien ma foi, ici cela prend plutôt bien! Bon, Violet Paige, la façade officielle de Mother panic, fait un peu cliché, mais le ton employé et les pistes offertes par Jody Houser semblent assez prometteuses. Je vous tiendrai donc au courant!

Les auditions programmatiques de la France insoumise

Convention de la France insoumise à Lille - Chroniques du YétiLe programme politique de l’Avenir en commun,  avec Jean-Luc Mélenchon en tête de gondole, est pour le moins ambitieux et en tout cas plein de bon sens. A des années-lumières du blabla des partis principaux, il s’agit d’un ensemble de mesures et de réflexions impliquant une foule de gens de la société civile, et même des gens normaux, c’est pour dire! Bien que j’ai pour la première fois de ma vie un vrai espoir lié à un candidat à la présidentielle, je doute malheureusement que Jean-Luc Mélenchon parvienne au but, les autres ordures ont le soutien des puissants, des milliardaires, ainsi que des médias. Si la France insoumise parvient à battre ça, alors là j’accepterai de JLM les réformes les plus folles : Légalisation de la poudre de flageolet, camembert dans le café, tout!

Les auditions programmatiques sont des ateliers longs et denses, où les gens de la France insoumise rencontrent des personnalités, ici Bernard Friot et Sarah Abdelnour, afin d’approfondir les thématiques importantes. Oui, ce n’est pas simple d’accès. Oui il faut réfléchir et ne pas se contenter de croire un bonhomme. C’est ce qui me plaît avec ce mouvement; Ne pas se contenter de subir de fausses idées, mais plutôt de se faire son idée, prendre ce qui le fait bien mais pouvoir ne pas avaler de force toute la soupe. Autre point important pour moi: Jean-Luc Mélenchon est parfois présent, mais reste en retrait, prenant des notes, montrant qu’il cherche à comprendre le fond de toutes ces thématiques pas évidentes, en tout cas bien plus complexes que ce que les autres vieux politicards voudraient nous faire croire. Voilà un ensemble de grosses vidéos passionnantes!

Serialbdomadaire #13

Ben Plots His Next Move - Incorporated Season 1 Episode 8Incorporated S01E08 « operational realignement »: Ben ne veut plus de Aaron, qui lui encombre l’esprit, Hendrick aime Aaron mais approuve le plan de Ben… Et pendant ce temps naît sûrement l’embryon de quelque chose entre Laura et Helo Agathon de Battlestar Galactica! Bon, la série est toujours bien gentillette avec les manigances de Ben/ Aaron pour libérer Elena, mais ça devient un poil long tout de même. Par contre rien à redire sur l’usage intelligent des technologies, aussi bien la super belle désignée de la zone verte, que les bricolages approximatifs de la zone rouge. La série a un potentiel, reste à savoir si elle va parvenir à entretenir une trame de fond jusqu’au bout.

Planet Earth II airing on 04/12/2016 - Episode: Grasslands (No. 5) A ...

Planet earth II S01E05 « Grassland »: La BBC produit pleins de belles et bonnes choses, et cette nouvelle saison de Planet earth remue beaucoup de trucs positifs en nous (en moi en tout cas). Grassland nous montre les espèces vivant dans les plaines, qui recouvrent un quart des terres émergées. Comme les autres épisodes, c’est à couper le souffle, avec des images haute définition et des moyens de filmer inédits. C’est violent, c’est surtout une source d’étonnement constant, et c’est magnifique. Evidemment à chaque fin d’épisode, la voix de David Attenborough nous indique que ces espèces sont menacées par les activités de l’Homme…

SHUT EYE Review: Episodes 2-4 | The Tracking BoardShut eye S01E04 « the Tower »: Hum… ça devient n’importe quoi. Après seulement quatre épisodes, voilà que le cadavre à cacher débarque, avec comme d’habitude zéro justification concrète pour en faire un secret qui détruira tous les liens. Je vais continuer un peu cette série nous parlant de voyance et d’arnaques, parce que les personnages sont plutôt intéressants (et me rappellent ceux de Banshee), mais j’ai peur que l’on en vienne rapidement  à tourner en rond.

Le panthéon crayonnique!

Bon, les Gens, tu as pu noter à travers ce blog que j’ai un attrait certains pour ceux et celles qui ont un bon coup de crayon. Au fil des décennies, j’ai pu me faire un semblant de culture à ce sujet, ayant même l’audace de crayonner, à mon humble, ridicule dirai-je, niveau larvaire (tu peux te faire saigner les yeux ICI, si ça te chante). Même si cet art (du crayon) semble réserver un nombre infini de belles surprises, tu te doutes les Gens que Patate des ténèèèbres revient toujours vers quelques traits harmonieux et colorés, ceux d’êtres plus vraiment humains mais plutôt des sortes de divinités dont on peut se nourrir des oeuvres (mais pas au sens propre, voyons!), et d’ailleurs, maintenant que tu en parles, je vais te nommer ces êtres sublimes!

Tout en haut de la montagne se trouve donc Florence Magnin, qui étrangement n’a pas de site ouèb bien à elle, mais peut compter sur une horde de fans louant ses travaux sur Rêve de dragon ou encore le jeu de cartes Il était une fois. J’ai eu longtemps le coffret de la seconde édition de Rêve de dragon, et c’est clair que les illustrations de Florence Magnin firent pour beaucoup dans mon envie de mener et jouer dans cet univers exceptionnel, bien loin d’autres créations rôlistes à la françaises, comme Bitume MK5 ou Scales.

Pour moi, cette illustratrice restera toujours au top, même si mon style de trait correspond mieux aux autres gens très forts cités dessous. C’est grâce à elle que je me suis immergé dans des univers sans donjons et en guidant des personnages aux motivations autres que l’accumulation de pex.

Aaaaaah… Quand Patate des ténèèèbres voit cela, il retrouve son regard d’enfant et s’imagine sur ce dodu machin blanc volant, survolant ce paisible attroupement de pèlerins. C’est tiré d’Arzach, de Jean Giraud, généralement plus connu sous le nom de Moebius. On voit régulièrement circuler des illustrations de cet immense artiste, toujours dans des univers étranges (c’est peu dire!) et avec cette patte qui dérange sûrement, mais fascine toujours. Même dans ses cases pleines de vide, il y a une force que je ne retrouve nulle part ailleurs, et il lui suffit de quelques traits, pratiquement des caricatures, pour nous offrir des créatures étonnantes. Je ne me lasse jamais de contempler les créations de Moebius!

Dans la droite ligne de Moebius, je classe un excellent illustrateur nommé Pascal Blanché, qui a su prendre aux meilleurs pour se créer un style bien à lui, très impressionnant et avec des compositions très riches. Le Monsieur a bossé pour toutes les grandes pointures du monde rôliste, mais pas que. Personnellement, à défaut de pouvoir m’offrir les talents de ce grand artiste pour illustrer mes prototypes, ma foi, je laisse ses créations m’inspirer!

Autre pointure que je découvris durant mes jeunes années, le sieur Gérald Brom, connu pour ces illustrations un peu flippantes et son trait inimitable. Les donjonneux auront tous eu l’occasion de se heurter à quelques monstres crayonnés par ce grand bonhomme.

Before the dawn, Kate bush

Afficher l'image d'origine

Aaaaaargh! Voilà un concert que j’aurai bien aimé aller voir! C’était à Londre, à l’Hammersmith Apollo et c’était donc le grand retour sur scène de Kate Bush (mon fantasme de quand j’étais tout jeunot)… Enfin, quand je dis que c’était un concert, le truc faisait trois heures, avec un répertoire imposant et bien entendu impeccablement interprété, mais c’était également tout un show avec une succession de scénettes oniro-chauchemardesques, des marionnettes et des masques flippant.

Je m’écoute actuellement l’album live qui vient donc de sortir et j’y retrouve tous les grands classiques de cette immense artiste british, avec quelques très bons musicos et choristes pour l’assister dans le tissage de ce spectacle. Il faut se rappeler que, si Kate Bush a toujours produit des albums, elle a renoncée à toute vie publique depuis trente cinq ans, pour se consacrer à son art. On la retrouve donc au top, dans de nombreuses réinterprétations de ses titres, comme le superbe Running at the hill, King of the mountain ou Hounds of love… ça fait du bien un peu de magie musicale des seventies! Un dvd du show est disponible, je vais vite aller le chercher pour découvrir en images ce que cette très grande artiste nous a concoctée!

Afficher l'image d'origine

l’Amphisbène par Castor mother

Voilà encore une chaîne Youtube à laquelle je me suis abonné, celle de Castor mother, qui s’intéresse aux animaux, les vrais que nous connaissons, comme le corbeau et la perception que nous en avons à travers l’Histoire, mais également aux créatures mythologiques. Le Bestiaire nous présente à chaque fois une bestiole qui est crayonnée en même temps que cette passionnante youtubeuse nous en parle selon des références historiques parfois obscures.